Un engagement dans le nord de la Syrie

Depuis 2011, la Syrie est en proie à une guerre civile. Elle a contraint près de 12 millions de personnes, selon les estimations du HCR, de l’ONU, respectivement du BCAH, à fuir leur foyer. 5.6 millions de personnes sont aujourd’hui considérées comme des réfugié.e.s et près de 6.6 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays. La majorité l’ont été de force, vivent dans une grande pauvreté et ont un accès limité aux soins de santé de base.

Plus de 75 % des infrastructures hospitalières ont été partiellement voire complètement détruites par des attaques ciblées pendant la guerre, et ce notamment lors de l'expansion de l'État islamique (EI). La production syrienne de médicaments s'est effondrée de 40 %. Les médecins, les infirmier.e.s et les équipes médicales ont été systématiquement persécuté.e.s et tué.e.s. Cela a conduit à la fuite de nombreux médecins et spécialistes de la santé avec pour corollaire des conséquences très lourdes sur le personnel resté sur place et confronté à des conditions de travail extrêmement difficiles.

La situation dans le nord de la Syrie s’est apaisée pendant plusieurs mois jusqu’au moment de l’invasion turque, il y a un an. La région a connu une nouvelle période aigüe de déstabilisation. Entre décembre 2019 et mars 2020, près de 780'000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays selon le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS). Selon l’OMS, au début de l’année 2020, au moins 53 établissements médicaux ont à nouveau cessé leurs activités du fait d’attaques ciblées. La précarité persistante et l'aggravation constante de conditions médicales chaotiques dues au grand nombre de de réfugié.e.s, au manque de matériel médical et à une hygiène insuffisante, font courir le risque de voir se propager des maladies transmissibles comme la rougeole, les maladies diarrhéiques et la COVID-19. 

« médecins pour médecins » apporte depuis 2015 une aide financière et matérielle sur place. Notre action se concentre sur les installations médicales dans et autour de Kobané. En 2014 et 2015, cette ville kurde située à la frontière turque a été au centre de l’attention de la communauté internationale lorsque les Unités de protection du peuple (YPG) l’ont libérée de l’État islamique.

Sources sur le contexte politique et les chiffres :

https://www.unhcr.org/fr/
https://www.icrc.org
https://www.ifrc.org
https://www.unocha.org

Ali Basrawi

Le Dr Ali Basrawi est né en 1974 à Alep. Dès 2003 il travaille à Kobané en tant que spécialiste en orthopédie et traumatologie dans les hôpitaux publics et dans son propre cabinet. Avant l’éclatement de la guerre civile, le Dr Ali Basrawi travaillait dans une équipe avec deux autres médecins et trois infirmières dans son propre cabinet orthopédique, où il recevait une vingtaine de patient.e.s par jour. Le cabiner permettait de faire de petites opérations tandis que les grosses interventions été faites dans le seul hôpital de Kobané, l’Hôpital « Ain Al-Arab ». Pendant la guerre civile, il a soigné de 2011 à 2015 ses compatriotes dans des hôpitaux souvent de fortune. Les attaques ciblées contre les médecins, le personnel soignant, les infrastructures médicales et la destruction en 2015 de son cabinet l’ont contraint avec sa famille à fuir vers l’Allemagne. Ils y vivent encore aujourd’hui. 

Un de nos principaux buts est de garantir le revenu annuel du Dr Ali Basrawi. 75 % du montant est couvert par notre Association et 25 % par l’Association allemande « Pauvreté et Santé ». Nous lui garantissons un revenu et lui permettons d’entreprendre des missions médicales régulières dans le nord de la Syrie et aider sur place dans une zone de conflit des personnes dans le besoin.

Les régions périphériques, comme Kobané, manquent aujourd’hui cruellement d’infrastructures médicales et de personnel qualifié. Les patient.e.s qui ont besoin d’un traitement chirurgical complexe et des soins postopératoires intensifs doivent être transférés à Damas et à Alep.

L’équipement d’un cabinet fonctionnel est d’une importance capitale pour la population établie dans le nord-est de la Syrie : des tables d’examen, du matériel informatique, du mobilier, équipements de stérilisation, de diagnostic et le plus important pour un orthopédiste, un appareil de radiographie numérique. Notre action de financement participatif lancée ce printemps vise à financer cet équipement ! 

Association partenaire « Pauvreté et santé en Allemagne » 

Gerhard Trabert s'engage depuis des années avec générosité et force pour les pauvres et les malades à Mayence. Pédagogue social depuis 1979, il s’est engagé comme assistant social, notamment dans les hôpitaux, puis a étudié la médecine. Dès les années 1990, il a mis sur pied le modèle dit de « Mayence » : un travail de terrain et de prise en charge médicale des personnes sans domicile. Il a fondé l’Association allemande « Pauvreté et Santé ». En 2013, il crée « Ambulance sans frontières » qui prend en charge les sans-abri et les personnes sans assurance maladie. Il enseigne aussi la médecine et la psychiatrie sociale à l'Université des sciences appliquées RheinMain à Wiesbaden.

Depuis 2001, le professeur Trabert passe beaucoup de temps dans des pays en développement et en crise pour fournir une aide sur le terrain. Il travaille aussi comme urgentiste sur le Sea-Watch qui sauve des réfugié.e.s en mer. Depuis 2016, il se rend dans des villes du nord de la Syrie et de l'Irak pour amener du matériel de secours aux patient.e.s. Au cours de ses voyages, il s’est rendu dans un grand nombre d’hôpitaux et a pu constater les pénuries d’approvisionnement. Il a été impressionné par les relations humaines sur place. Il les décrit dans son premier récit de voyage : « Je suis en zone de guerre et les gens dégagent quelque chose de profondément paisible. Cela me semble bizarre, mais c'est ce qui résume le mieux la situation. Tandis que moi, qui vient d'un pays très riche, en paix, et qui après être resté peu de temps, retrouvera rapidement ce sentiment de sécurité, sur place je suis immédiatement accueilli chaleureusement ». Gerhard Trabert a reçu plusieurs distinctions dont la Croix fédérale du mérite en 2004 et la Médaille Paracelsus en 2014. 

Association Médecins pour Médecins 
info@afa-ngo.ch
Viktoriarain 7 
3013 Berne 

IBAN: CH57 8080 8006 5588 5292 8
SWIFT-Code: RAIFCH22E88
Banque Raiffeisen, Berne